ce que je veux

Interpellation

  • Tout citoyen âgé de 18 ans, domicilié dans la commune, dispose, aux conditions fixées, du droit d’interpeler les instances communales.

    Tout citoyen qui désire faire usage de son droit d’interpellation porte à la connaissance du bourgmestre l’objet de sa demande par une déclaration écrite accompagnée d’une note indiquant d’une manière précise la question qui est posée ou les faits sur lesquels des explications sont sollicitées ainsi que les considérations qu’il se propose de développer.

    L’interpellation doit être d’intérêt communal.

    Le collège communal examine la conformité de la demande ; il écarte toute demande non conforme (notamment quant aux délais, au sujet invoqué, etc.). Il peut en outre refuser une interpellation lorsqu’elle porte sur un objet d’intérêt exclusivement privé ou lorsqu’elle est de nature à porter préjudice à l’intérêt général. Il en est de même des interpellations qui mettraient en cause des personnes physiques, qui porteraient atteinte à la moralité publique, qui manqueraient de respect aux convictions religieuses ou philosophiques d’un ou plusieurs citoyens, ou qui avanceraient des propos à connotation raciste ou xénophobe.

    Les demandes écrites conformes sont présentées au conseil communal lors de sa plus prochaine séance dans le respect des délais de convocation du conseil communal.

    Les interpellations se déroulent en séance publique du conseil communal, sans débat, sans réplique, sans vote les sanctionnant.

    Elles débutent à l’heure fixée pour la séance du conseil communal. Au terme de ces interpellations, la séance du conseil communal commence.

    Le public présent est tenu aux mêmes règles que lors d’une séance publique du conseil communal, la police de l’assemblée étant assurée par le bourgmestre ou celui qui le remplace.

    Le citoyen dispose d’une durée maximale de 5 minutes pour développer son interpellation.

    Le bourgmestre ou l’échevin ou le président du conseil de l’action sociale et/ou le conseiller communal sollicité par le bourgmestre dispose d’une même durée maximale pour apporter une réponse.

    Le bourgmestre ou celui qui le remplace gère le temps de parole réservé aux interpellations des citoyens.

    Les interpellations sont entendues dans l’ordre chronologique de leur réception par le bourgmestre.

  Durbuy, c'est aussi

Rechercher
Tourisme
Les infos touristiques
Economie
La vie économique
Japon 2016
Relations belgo-japonaises
Mobilité
Vos déplacements
Enfance
Adresses et conseils
Enquêtes publiques
Dossiers et informations
Conseil communal
Prochain conseil communal
Info Travaux
Les travaux en cours
CPAS
Service Energie